Le CCD

Le CCD est une organisation nationale de défense des droits des personnes handicapées, œuvrant pour l'avènement d'un Canada accessible et inclusif.

Priorités du CCD :

  • Des mesures de soutien pour personnes handicapées
  • La réduction de la pauvreté
  • L'accroissement de l'emploi pour les personnes handicapées
  • La promotion des droits de la personne
  • La ratification de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (CDPH)
  • Le développement de technologies basé sur les principes de l'accessibilité universelle
  • Des transports aériens, ferroviaires, maritimes et par autobus accessibles aux personnes ayant divers types de déficiences

Le CCD tentera d'atteindra ses priorités par des réformes du droit, des contestations judiciaires, une sensibilisation publique et un dialogue soutenu avec les principaux décideurs.

Le CCD croit en :

La citoyenneté : Les personnes handicapées ont les mêmes droits et les mêmes responsabilités que les autres Canadiens. Les obstacles sociétaux qui entravent leur participation et les marginalisent, doivent être éliminés.

Le contrôle par les consommateurs : Les personnes handicapées doivent participer à toutes les étapes d'élaboration des services et des politiques les concernant ainsi qu'à tous les processus décisionnels influant sur leur vie.

L'égalité et les droits de la personne : La Charte canadienne des droits et libertés garantit le même bénéfice et la même protection de la loi et la Loi canadienne sur les droits de la personne interdit toute discrimination fondée sur la déficience physique ou mentale. Toutes les autres lois doivent être harmonisées avec les dispositions de la Charte.

Accessibilité universelle : L'environnement doit être conçu et bâti pour être accessible aux personnes handicapées.

Les bénévoles du CCD contribuent à la création d'un Canada accessible et inclusif par :

L'autoreprésentation - En intervenant auprès des tribunaux, des décideurs, des médias, des Comités parlementaires.

L'échange d'expertise – En tentant de créer de nouvelles politiques, comme un Plan national d'action pour les personnes handicapées.

Le développement des connaissances – En approfondissant des questions touchant les personnes handicapées comme la pauvreté, les soutiens à domicile, les règlements pour l'accessibilité des transports et le soutien du revenu.

Une portée accrue des droits des personnes handicapées – En soutenant en justice des causes-types fondées sur les dispositions de la Charte afin que des politiques publiques affirmant les droits des personnes handicapées soient appliquées en éducation, dans l'emploi, dans les soins de santé et dans les transports.

L'élimination des obstacles - En agissant pour contrecarrer la création de nouveaux obstacles; en contestant par exemple auprès de l'Office des transports du Canada l'achat par VIA Rail de voitures-voyageurs inaccessibles.

La réforme du droit – En participant à l'examen de lois, comme la Loi canadienne sur les droits de la personne, la Loi sur les transports, la Loi sur l'équité en matière d'emploi.

Le réseautage - En collaborant avec d'importants secteurs de la société pour promouvoir les droits des personnes handicapées, participant par exemple à l'Initiative du secteur bénévole et communautaire, un projet conjoint gouvernement-communauté visant à examiner les technologies, la recherche, le bénévolat et l'élaboration de politiques.

Le développement de partenariats – En s'unissant à d'autres groupes pour mettre sur pied de vigoureuses initiatives, notamment des forums d'élaboration de politiques sur des enjeux clés des personnes handicapées

Le CCD vu par les chefs de file de la communauté

« L'inclusion de la déficience au titre de la Loi canadienne sur les droits de la personne ne fut pas chose facile. C'était un moment crucial de l'histoire de notre mouvement. La Charte est un important et inestimable instrument dans la lutte pour les droits à l'égalité.

Nous ne pouvions nous permettre d'échouer. Nous savions que nous n'aurions pas de deuxième chance à cause de l'écrasant obstacle érigé par la formule d'amendement de la Constitution canadienne. Nous devions bénéficier des garanties de la Charte dès le départ. Les personnes handicapées et leurs organisations ont mené une formidable campagne de lobbying en faveur de l'inclusion dans la Charte.

Je me souviens qu'alors que nous attendions l'imminente et cruciale approbation, les bureaucrates sont revenus nous voir et nous ont déclaré : « nous pouvons vendre l'enchâssement de la déficience physique mais la déficience mentale et la déficience intellectuelle soulèvent certaines réserves. » Le mouvement subissait une intense pression pour l'amener à accepter ce qu'on lui offrait et continuer la lutte plus tard. Je suis fier de dire que nous avons résisté à la tentation. »

Michael Huck, ex-président du CCD.

« Depuis plus de trente (30) ans, le CCD se prononce clairement, vigoureusement et régulièrement en faveur de la dignité et de l'égalité des personnes handicapées. Il a joué un rôle prépondérant en défendant les enjeux des personnes handicapées auprès du Parlement et de la Cour suprême du Canada. Je suis très fier d'avoir été associé au CCD et d'y avoir joué un petit rôle. »

Harry Beatty, avocat.

« Quelle chance d'avoir ici, au Canada où se trouve notre Bureau principal, une Assemblée nationale aussi vibrante et aussi solide que le CCD. Elle a fortement appuyé nos travaux sur la scène internationale et a joué un rôle clé au Canada dans nos avancées vers la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées. Joyeux 30ème anniversaire! Nous vous souhaitons trente (30) autres années aussi fructueuses. »

Venus Llagan, présidente sortante de l'Organisation mondiale des personnes handicapées.

« Ce n'est pas tous les jours qu'une femme provenant d'une cabane en bois rond des forêts ontariennes, qui croyait qu'elle n'avait pas plus d'influence que sa propre famille, se retrouve en train de travailler sur des dossiers politiques aux Nations Unies. Le CCD m'a donné les compétences et la confiance pour le faire. »

Francine Arsenault, ex-présidente du CCD.

« Au fil des ans, ce fut un honneur pour moi de servir le CCD à titre de conseiller juridique. J'ai ainsi eu le privilège d'être présent lorsque le principe des droits à l'égalité des personnes handicapées, mis de l'avant par le CCD, a été adopté par d'autres groupes en quête d'égalité puis par la Cour suprême du Canada dans l'affaire Andrews. J'ai vu le CCD être agressivement attaqué et ne pas se dérober. Je l'ai vu continuer à avancer malgré des menaces et des contraintes financières. Sans la vision, le courage et la détermination manifestés par le CCD au cours des trente dernières années, les Canadiens avec des déficiences ne pourraient certainement pas exercer tous leurs droits actuels. »

David Baker, avocat

« Le CCD a réussi a créer des tribunes où se sont rassemblées des personnes et d'autres spécialistes afin de discuter d'importants sujets, d'échanger des points de vue, lancer des idées et y réfléchir et établir des stratégies visant à garantir la participation citoyenne, les droits humains et le bien-être des personnes handicapées. Le CCD s'est constamment assuré que les affirmations des personnes handicapées soient entendues et respectées. Félicitations pour votre 30ème anniversaire. Trente années bien consacrées en effet! »

Cam Crawford, Institut Roeher.

« L'une des plus remarquables contributions du CCD sur la scène internationale, est sans aucun doute son appui indéfectible à l'Organisation mondiale des personnes handicapées (OMPH). Le CCD a fait preuve de leadership dans les grands événements qui ont façonné l'évolution des droits des personnes handicapées, au Canada comme à l'étranger. »

Steve Estey, président du comité international du CCD.

« Le CCD a été, et est toujours, une association indispensable de Canadiennes et de Canadiens avec des déficiences. À travers les hauts et les bas des trente dernières années, le CCD a sans cesse promu une vision d'égalité, de droits de la personne, de dignité et de pleine citoyenneté. Grâce à sa détermination et à ses efforts, nous atteignons pratiquement cette vision sur une route encore semée d'embûches. »

Michael J. Prince, Université de Victoria.

« Trois décennies de leadership visionnaire, de solidarité renforcée et de défense des droits de la personne…voilà ce qui caractérise le CCD qui est une source d'inspiration pour les personnes ayant des déficiences intellectuelles et leurs familles et pour nous tous qui œuvrons pour l'avènement d'un Canada égalitaire et inclusif. »

Michael Bach, Association canadienne pour l'intégration communautaire.

« Grâce à ses inlassables efforts de revendication et à sa vision établie de concert avec les Canadiennes et les Canadiens handicapés, le CCD a permis aux personnes avec des déficiences de se faire entendre et de faire progresser le transfert d'un modèle médical à un modèle de vie autonome. »

Paul Young, ex-président du CCD.